La fraude et la corruption peuvent avoir des conséquences extrêmement négatives sur l’organisation touchée. Malgré ces répercussions dommageables, il peut être difficile pour les auditeurs et les comités d’audit de repérer les cas de fraude. Les administrateurs de sociétés ont également souvent de la difficulté à poser les bonnes questions et à mettre l’accent sur les aspects pertinents dans le cadre des procédures de diligence raisonnable visant à repérer les cas de fraude.

Le CCRC examine dans quelle mesure les auditeurs respectent les normes d’audit et éthiques employées pour cerner et aborder les cas de fraude. Le Conseil fera rapport de ses conclusions par suite de cet examen. Nos discussions avec les investisseurs, les juristes, les organismes de normalisation, les autres organismes de réglementation et les cabinets d’audit nous aideront à mieux comprendre les attentes des investisseurs et les meilleures pratiques. Le Conseil fera rapport de ses conclusions en 2020.